conferenza di cristina farigu sabato 19 ottobre 2019


Une conférence, en Italien, très documentée et illustrée sur la Renaissance italienne et ses grandes figures dont Leonardo da Vinci. Davvero interessante ! Grazie Cristina !

Le dernier secret de Léonard de Vinci

Dans le monde de Léonard, on distingue deux mystères. Ces tableaux bien repérés, dont on suppose qu'ils sont de lui, telle la "Joconde Nue". Et, à l'inverse, ces tableaux dont les scientifiques sont sûrs que De Vinci en est l'auteur... mais dont on ne retrouve pas la trace. De ceux-là, "la Bataille d’Anghiari" est peut-être le plus connu.

En 1503, le magistrat Soderini commande cette fresque guerrière à De Vinci pour orner les murs de la Salle du Conseil du Palazzo Vecchio, siège du gouvernement de Florence, et ainsi montrer sa puissance militaire aux invités. Pour assurer cette mission d’importance, le Maître de la renaissance teste un procédé nouveau contenant de la cire d’abeilles. Bien mal lui en prend : l’échec technique est visible, l’enduit ne tient pas, les couleurs bavent. Le peintre italien Vasari est rapidement sollicité pour repeindre le salon et masquer cette catastrophe inachevée. La "Bataille d’Anghiari" originale, qui n'est alors constituée que d'un groupe équestre de 6 mètres sur 4, disparaît.

C’est du moins ce que pensent les scientifiques jusqu’en 2018. Après des années de balayages laser, thermiques et radar, sa trace a été retrouvée… L’indice le plus évident était pourtant caché en haut à droite de l’œuvre, avec ces deux mots sibyllins : "Cerca trova"- cherche et trouve… Reportage d’Alban Mikoczy, Florence Crimon, Claudia Billi et Lorenzo Consolazione.

A 500 ans de la mort de Leonardo ….

Leonardo di Ser Piero, dit Leonardo da Vinci, naît le 15 avril 1452 à Vinci, petite ville de Toscane proche de Florence, des amours illégitimes d’un notaire, Ser Piero, et d’une paysanne. Après une éducation scolaire diversifiée, il commence sa vie d’adulte comme peintre dans un atelier florentin de grande renommée, celui de Verrocchio. A 26 ans, Léonard quitte son maître et a déjà acquis une belle réputation d’artiste peintre. 

Un artiste complet

Peintre, inventeur, ingénieur, scientifique, humaniste, philosophe, il est pour beaucoup un esprit universel, qui fascine encore cinq cents ans plus tard. Au passage du quinzième siècle au seizième, il illustre, et parfois incarne, la Renaissance, avec ses avancées dans le domaine artistique mais aussi dans les sciences . La suite de sa vie est marquée par une succession de déplacements, notamment à Milan où il s’occupe, entre autres, d’architecture militaire, d’horloges, de métiers à tisser, de grues ou d’architecture, tout en peignant. Célèbre, il parcourt le nord de l’Italie, appelé parCésar Borgia comme architecte et ingénieur militaire pour défendre les territoires conquis par le fils du pape Alexandre V.

À sa mort, en 1519, il lègue ses notes techniques à Francesco Melzi, son élève et compagnon fidèle, afin qu’elles soient publiées et rendues pour être utiles au plus grand nombre. Ce qui ne se fera que quatre siècles plus tard. Ces carnets, les célèbres codex, dispersés un peu partout, montrent un Léonard passionné de technique.

Un ami de la France

Il part pour la France en 1516 où son nouveau mécène et protecteur, le roi de France François 1er l’installe au Clos Lucé près d’Amboise. Il est « premier peintre, ingénieur et architecte du roi ». François Ier est fasciné par Léonard de Vinci et le considère comme un père. Léonard projette de construire un nouveau palais à Romorantin en détournant un fleuve dans la Sauldre.

Sentant venir sa fin, il fait son testament le 23 avril 1519 devant le notaire d’Amboise. Le 2 mai 1519, Leonard de Vinci est emporté par la maladie au Clos Lucé à l’âge de 67 ans.  Sa tombe est située à la chapelle Saint-Hubert, dans l’enceinte du château d’Amboise.

Léonard de Vinci, n’ayant jamais eu ni femme ni enfant, lègue son œuvre, pour les faire publier (ses manuscrits, carnets, et documents et ses instruments) à Francesco Melzi, son élève et disciple préféré.

Il donne à la France de nombreuses peintures parmi lesquelles la Joconde, la Vierge, l’Enfant et Saint Anne, le Saint Jérôme.



Balade contee en italien


Che bella giornata ! De fontaines en lavoirs, sous un ciel des plus cléments, nos amis d'Italia Morbihan nous ont entrainés dans une balade contée en italien et en français …. I giorni della merla e quattro fiabe italiane  di Italo Calvino … una bellissima passeggiata !

Grazie a Monique, Marie-Gabrielle, Ambra, Pierre et Fanch … A presto amici ! 


les conferences


Samedi 1 er décembre 2018 à 18H à l'amicale, Conférence de Marc Barthélémy : Antonio Gramsci

 La conférence s’achèvera par la lecture d’extraits d’écrits politiques en italien et français. Durée : 1h30 



Vendredi 16 mars 2018  - Une conférence animée et joyeuse, documentée et pleine d'anecdotes : l'histoire de l'Italie au travers du prisme des grandes dates choisies par Alberto Codini président de l'Amicale Italiana Angiò. "Storia d’Italia dal 800  al 25 marzo 1957"


Nos amis angevins de l'Amicale Italiana Angiò ont posté sur leur site ce gentil commentaire sur leur venue à Quimper. A presto amici !


 

 

A un siècle et demi de la naissance de Luigi Pirandello, dramaturge, écrivain et poète italien,  prix Nobel de littérature en 1934, l'écrivain sicilien Andrea Camilleri se souvient et raconte l'étonnante histoire des cendres et de l'inhumation de Pirandello .... con un finale davvero pirandelliano.....




Totò (1898-1967), immense acteur comique italien est mort il y a 50 ans


Nasce a Napoli il principe Antonio de Curtis, nome d’arte Totò. Tra i più grandi attori comici italiani, intraprende la carriera teatrale nel varietà. Trasferitosi a Roma, conosce il successo: il suo personaggio, quasi una marionetta in bombetta e tight, diviene presto popolare. Nel 1947, Totò sfonda anche nel cinema con "I due orfanelli". Inizia per lui una nuova vita professionale, che lo porterà a essere protagonista di quasi un centinaio di film. Muore a Roma il 15 Aprile 1967.

De Matteis / Gili : TOTÒ l’inoubliable, cinquante ans après (vidéo en italien réalisée par L’Italie en direct – L’Italia in diretta)  Débat-souvenir à la Maison de l’Italie de Paris le 5 octobre 2017 en l’honneur de Totò (Antonio De Curtis 1898-1967), l’acteur comique le plus aimé par les Italiens, à cinquante ans de sa mort.

Une belle collaboration entre l’Institut Culturel Italien de Paris, la Maison de l’Italie et la Società Dante Alighieri-comité de Paris. 



Vendredi 3 février 2017, à 19h30, au Centre Social des Abeilles de Quimper clic , conférence de Cristina Farigu "Italia, Italiano, Italiani"